Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken

Traduit par la team : Novel de Glace
Appuyer sur l'écran une seconde pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.
<>
A- A A+

Tome 3 Chapitre 77 – Fantôme, épée démoniaque et la nouvelle armée


La nuit, pour une raison inconnue, j’avais senti une présence et j’avais levé mon corps qui se trouvait entouré par Io et Delphina.

J’avais intensifié mes sens avant de regarder par la fenêtre à l’extérieur du manoir.

Il n’y avait rien d’étrange quant à la façon dont l’air circulait dans les environs. Ma vue et mon ouïe qui étaient multipliées par 777 fois ne pouvaient rien détecter d’étrange.

Cependant, quelque chose était étrange.

Quelque chose… se trouvait ici.

« Kakeru… encore… plus… encore… plus, »

« Kakeru… je… t’aime, »

Alors que je laissais là mes deux femmes, j’étais descendu du lit.

J’avais rapidement enfilé un manteau et j’avais quitté la pièce en prenant Éléanore à la main.

« ... au-dessus, Hmm, » murmurai-je.

{L’as-tu aussi senti ?} me demanda Éléanore.

« Le sentir ? » demandai-je.

{Ça, c’est plutôt ma spécialité.} Déclara Éléanore avec désinvolture.

Ta spécialité, qu’est-ce que c’est ? pensai-je.

J’avais quitté le manoir tout en y pensant que c’était étrange ce dont elle me parlait, et j’avais sauté après avoir concentré mes forces dans mes pieds.

J’avais ainsi sauté sur le toit. Là-bas, il y avait la silhouette de Tania.

Un fantôme qui portait une tenue de femme de ménage avec des petites lumières qui étaient émises périodiquement à partir de son corps translucide.

Elle était autrefois un esprit lié à ce manoir que j’avais libéré, un fantôme de femme de chambre qui possédait actuellement à la fois Éléanore et le manoir.

Son nom est Tania Chichiakis. Et devant cette Tania, il y avait une jeune fille portant également une tenue de femme de chambre.

Elle devait avoir environ 12 ou 13 ans. Vis-à-vis de Tania qui était adorable, elle semblait sèche et ressemblait à une femme de ménage qui pouvait bien faire son travail.

Mais, elles étaient pareilles avec leur corps étant translucide, flottant toutes les deux dans les airs.

« C’est aussi un fantôme, hein... Ahh, par ta spécialité, tu voulais donc dire ça, n’est-ce pas ? » demandai-je.

{Tout à fait. Je n’ai pas contrôlé des armées de morts-vivants depuis des centaines d’années pour le spectacle.} Éléanore avait dit comme si elle se vantait un peu de cela.

En tant qu’Épée Démoniaque, sa capacité à ressentir des choses de ce genre était probablement très élevée.

Tania et l’autre fantôme ne nous avaient pas encore remarqués. On dirait qu’elles parlaient de quelque chose, alors j’avais patiemment espionné leur discussion.

« Alors, Peggy-chan, veux-tu toujours travailler ? » demanda Tania.

« Oui... mais après ça, je suis tombé malade... c’est regrettable, » répondit Peggy.

« Je pense que tu ferais mieux de reposer en paix dès maintenant, » déclara Tania. « Il n’y a pas de problème si tu deviens un fantôme, mais avec un certain temps, ta tête deviendra étrange et tu te perdras peu à peu ta santé mentale. »

Venant d’elle qui avait perdu la raison, c’était très convaincant.

« Mais…, » déclara Peggy.

« J’ai aussi compris que tu avais des regrets quant à ton ancienne vie, » continua Tania.

« Ne puis-je pas faire quelque chose à ce propos, senpai ? » demanda Peggy.

« Hm ? » Tania avait penché la tête face à ça.

J’étais devenu très curieux, alors j’avais décidé de rejoindre leur conversation.

« Salut ! »

« Ah ! Mais c’est Monsieur Kakeru. Désolé, était-ce trop bruyant ? » demanda Tania.

« Non, pas vraiment. Mais à ce propos, qui est-ce ? » demandai-je.

« Je vais faire les présentations, » répondit Tania. « Elle s’appelle Peggy Addis. C’est un fantôme fraîchement mort et donc nouvellement né. »

Quel genre de fantôme est-ce ?

« S-Senpai… qui est cette personne ? » demanda Peggy.

« Mon Maître. C’est le propriétaire de ce manoir. Il s’appelle Kakeru, » répondit Tania.

« Maître ? » demanda Peggy.

« C’est comme ça, » dis-je.

J’avais levé Éléanore, et j’avais activé son pouvoir. Et ainsi, Tania fut absorbée par Éléanore.

« Quoi !? » Peggy fut surprise. J’avais réutilisé mon épée, et Tania était réapparue.

« Voilà, c’est comme ça, » dis-je.

« Quelque chose comme ça peut-il vraiment être fait avec des fantômes ? » demanda Peggy.

« Oui, car après tout, Kakeru est spécial. Ce qu’il tient en ce moment est l’Épée Démoniaque Éléanore, » déclara Tania.

« L’Épée Démoniaque… ehhhh !!! l’Épée Démoniaque Éléonore !? » s’écria Peggy après avoir, avant ça, pris quelques secondes à réfléchir. « Est-ce la vrai ? »

« Veux-tu la prendre dans ta main ? » demandai-je.

{N’essaye pas de faire ça. Si une existence qui n’est qu’un esprit me touche, au pire, elle pourrait être absorbée.}

Puisqu’Éléanore m’avait indiqué ça d’un ton très sérieux, j’avais tiré l’épée que j’avais tendue.

Peggy me regardait fixement comme si elle s’attendait à quelque chose.

Qu’est-ce que c’est que ces yeux ?

« Hmm, Kakeru ? » demanda Tania alors qu’elle se tenait à côté de moi. Elle avait fait ça avec un ton qui semblait indiqué qu’elle était très prudente, comme pour vérifier ce que je disais.

« Cette Épée Démoniaque, les fantômes peuvent-ils encore y entrer ? » demanda Tania.

« Euh ? Me demandes-tu si elle a encore cette capacité ? Qu’en est-il, Éléanore ? » demandai-je.

{As-tu oublié que j’avais l’armée des morts-vivants en moi ?}

C’était une réponse très proche du style d’Éléonore.

« On dirait que c’est possible, et il y en a encore beaucoup... Ahh. Elle voulait donc dire ça, » dis-je après avoir compris la situation.

J’avais regardé dans la direction de Peggy.

Ces yeux indiquaient comme si elle s’attendait à quelque chose, et c’était ce que Tania avait demandé au début.

Cela signifiait donc ça.

« Kakeru ? » Tania m’avait alors parlé.

J’avais commencé à y réfléchir pendant un moment.

Une certaine scène était alors apparue dans ma tête.

« Toi, peux-tu te battre ? » demandai-je. « As-tu des capacités qui peuvent être utilisées pour les batailles ? »

« Hmm…, »

Peggy baissa les yeux comme si elle se sentait désolée. « J’étais capable d’utiliser la magie du feu quand j’étais encore en vie, mais maintenant... »

Après avoir dit ça, elle tendit la main, et lâcha dans les airs une boule de feu.

Mais, cette boule était translucide tout comme son corps, et avait traversé le toit sans relâcher le moindre son.

« Voilà ce que je peux faire, mais rien de plus, » déclara Peggy.

« Je vois. Ton nom est bien Peggy Addis, n’est-ce pas ? Prêt de la magie de feu à Peggy Addis, » dis-je.

[Puissance Magique du Feu a été prêtée à Peggy Addis. Temps restant, 29 secondes]

« Essaye d’utiliser une nouvelle fois ta magie. Et cette fois, lance-le très loin du manoir, » dis-je.

« Hein !? » Peggy était confuse.

« Essaye-le, » déclara Tamia avec le sourire comme pour encourager Peggy à le faire.

Elle avait de l’expérience avec ça, alors j’avais l’impression que Tania était excitée parce qu’elle pouvait imaginer ce qui allait se passer ensuite.

« A-Alors…, » elle tendit la main et relança une boule de feu.

La puissance en magie du feu que je lui avais prêté avec ma capacité de multiplication 777 avait fait que c’était devenu une énorme boule de flammes plus grande que mon corps.

« Hein !? Non…, » s’écria Peggy.

Elle avait semblé paniquer par cette taille, et Peggy avait rapidement essayé d’annuler cette magie, mais ça ne s’était pas bien passé et la boule de feu avait volé directement vers moi.

J’avais frappé avec Éléanore, détruisant la boule de feu.

L’énorme boule de flammes avait été tranchée en deux par l’Épée Démoniaque ce qui l’avait fait éclater, puis elle s’était dispersée.

« Eh… fantastique…, » murmura Peggy.

« Hmm, si je lui prête ma puissance en magie, alors elle peut se battre, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oui, Kakeru, Kakeru, » répétera Tania.

« Quoi !? » demandai-je.

« Vous savez, je sens que mes pouvoirs magiques ont récemment augmenté, » déclara Tania, fière d’elle.

« Euh !? » m’exclamai-je.

Elle voulait probablement dire que les fantômes avaient aussi la possibilité de s’améliorer.

« D’accord, allons-y. Puisque tu as été présenté par Tania, je te permettrai de travailler ici, » dis-je.

« Ah… D’accord, » répondit Peggy.

« Dans ce cas, je vais te placer une fois à l’intérieur d’Éléanore, » dis-je avant de lever Éléanore et d’effectuer la même action qu’avec Tania, mais cette fois-ci, vis-à-vis de Peggy.

Peggy disparut d’un coup, puis elle réapparut après ça.

D’une certaine façon, l’aura qu’elle dégageait avait changé. La Peggy que j’avais invoquée à l’intérieur d’Éléanore était un peu différente.

Et, elle pourrait peut-être elle-même le sentir, car Peggy regardait ses propres mains très attentivement.

« Bienvenue, Peggy-chan, » déclara Tania.

« Merci ! Senpai ! » répondit Peggy.

Et ainsi, le nombre fantôme à l’intérieur d’Éléanore était passé à deux.

{Prévois-tu de recréer l’armée des morts-vivants ?}

« Eh bien, oui, qu’en penses-tu ? » demandai-je.

{Je ne me plains pas si ce sont des fantômes féminins.} Éléanore avait immédiatement répondu.

Elle n’a pas de plaintes à formuler si c’est des femmes. Donc cela veut dire que de placer des hommes à l’intérieur d’elle est mauvais...

Alors que j’avais pensé jusqu’à ce point, j’avais soudainement réalisé quelque chose.

Ah, c’est vrai, ce n’est pas bon du tout.

Même s’il s’agit d’un fantôme à l’intérieur qui est placé à l’intérieur d’Éléanore, il n’est pas bon de mettre un homme dedans.

« Ne t’inquiète pas, je ne mettrai pas d’hommes à l’intérieur, » dis-je.

{ … Hum.} Éléanore grogna, alors on pouvait dire qu’elle était satisfaite de ça.

***
Traduit par la team : Novel de Glace
<>